Guest Room

Chronique de la vie de quartier – 3 – Samedi

Ce matin, je me lève aux aurores car j’ai rendez-vous avec un informateur de première main : Viviane, la dame qui nourrit les chats du quartier de la Concorde. Une source fiable m’a affirmé qu’elle servait le matin au bar du quartier ; après une exténuante enquête de proximité menée toute la journée d’hier, afin de retrouver Aladin, mon chat roux et blanc (à qui il manque un œil) …

A 10h tapante, j’ai rejoint mon poste à la terrasse du bar, plongé dans les pages horoscope de la Dépêche du Midi. Quand la serveuse vient prendre commande, je m’enquis en plus d’un café, de savoir si elle connaît la fameuse Viviane.

« -Viviane ? C’est elle qui fait l’ouverture, faut venir plus tôt! »

Bon Dieu ! J’ai été joué … Il y a des gens debout avant 10h , et on ne m’en avait rien dit !

Désemparé, je reprend l’enquête au départ : affichage et recherche de témoins, direction rue Roquelaine, parallèle à la rue de la Concorde.

« Les quartiers des Chalets et de la Concorde se particularisent notamment par la présence de quelques remarquables bâtisses néo-gothiques datant de la fin du IXéme/début XXéme , tel le Château des Verrières édifiée par Louis-Victor Gesta vers 1880. Derrière ses palissades et barbelés (la bâtisse fût squattée et transformé en un légendaire lieu de fête dans les années 2000), on aperçoit ses tourelles et autres encorbellements, lui donnant l’allure étrange d’un château de Belle au Bois Dormant matinée de Zone 51. On trouve là aussi un majestueux hôtel particulier de style renaissance, fondé par les usines Job en 1903, afin d’en faire son siège social. »

Tout en collant et ruminant, j’interroge les passants de-ci, de-là …Parmi eux, quelqu’un me dit avoir vu un chat, correspondant à ma description (roux et blanc, il lui manque un œil), en compagnie d’un autre jeune chat gris … Bon sang ! Et s’il s’agissait de Vendredi, celui que j’ai rencontré la veille sortant d’un soupirail de ma rue ?!… La piste se réchauffe ! … Miaou !! Chat 3

Il est près de midi et il me reste encore le temps de faire un tour au puces de St Sernin à deux pas d’ici … J’y farfouille parmi quelques disques épars et en exhume un album de la série ‘Double Loisir Danse’, intitulé ‘Special Club’, datant probablement des années 1968/69. La pochette est constituée d’un collage de photos de jeunes gens dansant le jerk dans une ambiance digne du 7 Club ou du Whisky à Gogo… Chic ! Extra !! On y trouve des titres tels que ‘Casatshok de Paris’ ou l’incroyable ‘Organaboe’ de Paul Mille et son orchestre ! J’empoche l’affaire pour deux euros et m’en retourne fièrement, mon butin sous le bras… Il est tout de même malheureux de ne connaître personne appréciant comme moi, à juste titre, le jerk et le rock musette afin de partager le fruit de mes trouvailles …

Je fais ensuite la fin du marché Cristal où je dispute quelques fraises pourrites avec les sans papiers et les dames à la retraite. A la maison, je fait cuire tout ça dans un grand faitout à petit bouillon en écoutant mon nouveau vinyle. Les guitares fuzz de John Smith et son New Sound envahissent encore la maison quand j’entreprends le kéfir. Le kéfir, c’est un genre de champignon probiotique ressemblant à des grains que je mélange avec du jus de fruit, du sucre, de la figue et du citron. Je laisse fermenter deux jour, puis je mets la boisson en bouteille; ça produit du gaz carbonique et au bout de quelques jours encore, on obtient une boisson pétillante et légèrement alcoolisée. Avant de l’ouvrir, il faut la dégazer en dévissant délicatement le bouchon, sinon le contenu jaillit tel un geyser, qui vous décore le plafond avant de retomber partout dans la pièce, tel une pluie de septembre … Il arrive d’ailleurs parfois, si j’oublie une bouteille trop longtemps qu’elle explose en faisant un ‘POP !’ assourdissant.

La bouteille ouverte, le kéfir produit toujours du gaz et une fois refermée, elle produit un espèce de sifflement discontinu ; il est vivant, il respire.

Je finis de mettre en bouteille quand l’équipe arrive pour la réunion d’édition de votre journal favori. Il y a là Cyrille et ses chemises d’employé de bureau, Charline qui se remet d’une cuite accompagnée de Laetitia qui s’endort très vite et puis LP qui graphouille des croquis dans un carnet. Ça parle des statuts de l’asso, dont je suis nommé président, puis de je ne sais plus quoi… On ouvre quelques bières et je m’engage à leur envoyer un papier avant demain, tout en me demandant comment… Finalement, on décide enfin du sujet du moi de mai. Cyrille veut un thème ‘fun’… Je propose ‘la séduction’, c’est acté, voici le thème du numéro 2 !

La bière aidant, je ne me souviens plus très bien du reste de la soirée… Je me réveille vers minuit  car dans le silence résonne des gémissements… Bon Dieu ! C’est un chat !!

Je descends quatre-à-quatre dans la rue en pantoufle et robe de chambre. Dans l’encoignure de la porte de l’immeuble, je scrute la nuit, mais il n’y a plus rien… rien que le silence. Je retourne chercher une gamelle de croquette que je secoue un peu… Alors, apparaît un pauvre être famélique : Vendredi ! Le petit chat perdu que j’ai rencontré la veille… Je lui pause la question (à tout hasard), des fois qu’il aurait vu Aladin (mon chat) … Il ronronne, je crois qu’il ne comprend rien… C’est alors que j’entends un autre miaulement, venant d’un coin sombre de ma rue…

Je part dans cette direction, Vendredi me suit à deux pas…

« – Vas-y cherche ! Vendredi !

  • Miaou ! Miaou ! les miaulement de la nuit redoublent !

Mais rien ! Ni sous les voitures, ni derrière les portes … Je dresse la tête, le miaulement vient d’en haut ! C’est la Pitchounette, la chatte à la voisine qui, interpellée par nos jeux, appelle depuis son balcon : elle aussi voudrait bien participer à la recherche…

Désolé, les matous, mais j’en ai assez fait pour aujourd’hui… Bonne nuit, je vais me recoucher. Pour la suite, on verra demain !

Dehors, résonne le bruit lointain des voitures et l’écho de quelques chats pleurant à la Lune…

Retrouvez la résolution de cette trépidante, bien que touchante, histoire dans le prochain et dernier épisode de cette saga : Dimanche !

 

Scribouillé et illustré par 2000

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s